Je suis honorée de me présenter aux élections pour représenter mes collègues de l'Université d'Ottawa au Bureau des gouverneurs. Vous trouverez ci-dessous ma lettre de motivation, ma bio, ainsi que les approbations de collègues, d'étudiants, etc.

Lettre de motivation

L’Université d’Ottawa se trouve, en ce moment, dans une position unique: en soutenant notre bilinguisme, nous protégeons l’histoire et l’identité de notre institution tout en élargissant les possibilités d’engagement mondial. En s’engageant à la fois pour la liberté académique et pour le respect et la réconciliation, nous élargissons les opportunités pour enrichir notre mission principale.

 

Ces possibilités de transformation sont également des défis complexes, et nous les affrontons alors que nous entrons dans un monde économique, financier et démographique post-COVID inexploré. Nos étudiants font face à des préoccupations croissantes en matière de santé mentale et d'emploi. Nos collègues ont été confrontés à des perturbations majeures dans l’organisation de leur travail ainsi que dans le maintien d’un équilibre travail-vie, souvent de manière asymétrique. Et les gouvernements et les universités seront également confrontés à de nouveaux défis budgétaires et organisationnels.

 

Alors que l’Université d’Ottawa s’emploie à gérer ces problèmes et d’autres complexes, nos professeurs et nos bibliothécaires ont besoin d’une représentation convaincante, énergique et expérimentée au Bureau des gouverneurs pour aider à maintenir la mission fondamentale de l’Université dans ce nouveau contexte.

 

Passionnément engagée dans notre communauté, expérimentée dans la direction académique, habile au raisonnement moral complexe et à la résolution créative de problèmes, et sensible aux contextes locaux et mondiaux, je me présente aux élections au Bureau des gouverneurs pour mettre ces compétences et cette expérience au service de mes collègues, alors que nous aidons l’Université à traverser des eaux incertaines.

 

  • Je comprends le contexte local - notre bilinguisme, notre esprit d'innovation, notre rôle au service des communautés locales - parce que j'ai grandi à l'Université d'Ottawa. J'ai trottiné sur le campus avec mes parents, anciens élèves de la Faculté d'éducation. J'ai lu en cachette parmi les rayons de Morisset, et ai participé avec enthousiasme aux programmes d’enrichissement des écoles secondaires de l’UOttawa (une dette que je rembourse maintenant en encadrant les étudiants locaux de l’AP). Et il y a douze ans, après avoir été en poste à l'Université de Chicago et à Yale, je suis revenue chez nous à Ottawa en tant que membre du corps professoral. Ici, j’ai siégé sur de nombreux comités et j’ai été directrice du programmes des Études des conflits et droits humains.

  • Je comprends le contexte mondial: après avoir étudié et travaillé dans des universités d’Asie, d’Europe et d’Amérique du Nord, je connais un large éventail de problèmes de l’enseignement supérieur et de solutions diverses.

  • J'ai une expérience unique de la direction: avec la généreuse permission de ma faculté, je suis partie en congé pour aider à développer, puis diriger la consolidation du programme dans l'un des premiers collèges d'arts libéraux d'Asie, un projet conjoint de Yale et de l'Université nationale de Singapour. Ce programme s'inspire des traditions de l'Est et de l'Ouest, du Sud global et du Nord global. En congé là-bas en tant que doyenne associée de la faculté, j’ai:

o Collaboré avec divers intervenants de facultés et d'institutions de cultures distinctes pour développer un programme d'études interdisciplinaire mondial stimulant;

o Consolidé, rationalisé et rendu plus efficace une gamme de politiques et de procédures, sensibles aux besoins du corps professoral et de nos collègues du personnel;

o Développé une conscience organisationnelle aiguë, compte tenu de la position institutionnelle particulière du Yale-NUS College, ainsi que de la connaissance des questions de gouvernance et de financement dans l’enseignement supérieur;

o Entrepris des efforts de recrutement, y compris un nouveau doyen de la faculté;

o Aidé à gérer une série de crises sans précédent - environnementales, politiques et liées à la santé, y compris en dirigeant le passage du programme en ligne lorsque le COVID est arrivé.

o Travaillé avec Yale pour comprendre les défis de dotation partagés dans nos programmes de base et développé une solution créative qui a renforcé notre partenariat tout en répondant aux besoins distincts de chaque institution;

o Travaillé en collaboration avec le Conseil étudiant pour aider à résoudre les problèmes de bien-être scolaire;

  • Je suis à l'aise pour aborder la complexité morale: avec une formation académique en philosophie morale, une expérience avec des questions de politique complexes infléchies sur la morale au ministère de la Justice, et des années d'enseignement du raisonnement moral à nos étudiants en affaires publiques, j'ai une boîte à outils qui me permet de tenir compte de la dimension morale des problèmes complexes et réels auxquels l'Université d'Ottawa est confrontée.

  • J'ai de l'expérience dans les secteurs public, privé et à but non lucratif: Notre Bureau des gouverneurs vient de tout ce spectre. Ayant travaillé dans le domaine de la politique en matière de droit pénal pour Justice Canada et sur un projet majeur sur la politique réglementaire pour A.T. Kearney, j'ai les connaissances contextuelles nécessaires pour communiquer efficacement avec les collègues du conseil. Je sers également des organisations de défense des droits des prisonniers de notre communauté à titre bénévole.

  • Et j'ai la passion, l'énergie, l'engagement et l'empathie pour servir notre faculté. En tant que chercheuse et enseignante passionnée, je comprends les joies et les défis de la recherche et le travail d’encadrement du développement intellectuel des élèves. En tant que membre d’une communauté minoritaire, à la tête d’une famille monoparentale, je sais que le respect mutuel doit être au cœur de tout ce que nous faisons.

 

C'est à l'Université d'Ottawa que j'ai découvert l’érudition pour la première fois lorsque j'étais jeune. Et c’est l’environnement de l’Université d’Ottawa qui a soutenu mes ambitions scientifiques, alors qu’en tant que membre du corps professoral non-titularisée, j’étais aussi une parente seule. Je dois beaucoup à notre communauté. Et quand mon doyen m'a donné la permission d'aller à l'étranger pour aider à construire Yale-NUS, j'ai promis que je travaillerais dur pour cultiver les compétences et les connaissances que je pourrais mettre à profit pour l'Université d'Ottawa à mon retour.

 

En me présentant aux élections au Bureau des gouverneurs, je peux maintenant tenir cette promesse. Si je suis élue, je servirai énergiquement notre communauté d'apprentissage. Orientée vers les solutions, fondée sur des principes et engagée, je peux aider l'Université d'Ottawa à naviguer sur les hauts fonds rocheux d'un avenir inexploré. Je vous remercie d'avance pour votre soutien.

Candidate Statement

UOttawa stands, at this moment, in a unique position: in tending our bilingualism, we protect our institution’s history and identity while expanding opportunities for global engagement. In tending our commitment both to academic freedom and to respect and reconciliation, we expand opportunities to enrich our core mission.

 

These transformative possibilities are also complex challenges, and we confront them as we enter an uncharted post-COVID fiscal and demographic world. Our students face growing mental health and employment concerns. Our colleagues have faced major disruptions to productivity and work-life balance, often in gender-skewed ways. And governments and universities will confront new fiscal challenges too.  

 

As UOttawa works to address these and other complex issues, our professors and librarians need persuasive, energetic, experienced representation on the Board of Governors to help keep the University’s core mission central in fiscal and other discussions.

 

Passionately committed to our community, experienced in academic leadership, skilled at complex moral reasoning and creative problem solving, and sensitive to both local and global contexts,  I am standing for election to the Board of Governors to put these skills and experience to work representing my colleagues, as we help steer the University through uncertain waters.

 

  • I understand the local context – our bilingualism, our spirit of innovation, our role in serving local communities – because I grew up at UOttawa. I toddled around after my student parents, alumni of the Faculty of Education. I hid reading in Morisset’s stacks as a tween, and participated eagerly in UOttawa’s high school enrichment programs (a debt I now repay by mentoring local AP capstone students). And twelve years ago, after teaching at the University of Chicago and Yale, I came home to Ottawa as a faculty member. Here, I’ve served on many committees, and as Director for the program in Conflict Studies and Human Rights.

  • I understand the global context: Having studied and worked at Universities across Asia, Europe and North America, I’m familiar with a wide landscape of higher education issues and diverse solutions.

  • I have unique leadership experience: With generous permission of my Faculty, I went on leave to help develop, then lead the consolidation of the curriculum at one of Asia’s first liberal arts colleges, a joint project of Yale and the National University of Singapore. This curriculum draws on traditions of East and West, Global South and Global North. On leave there as Associate Dean of Faculty, I:

    • Worked with diverse stakeholders across faculties and institutions with distinct cultures to develop a challenging global, interdisciplinary curriculum;

    • Worked with Yale to understand shared staffing challenges in our core curricula and developed a creative solution that strengthened our partnership while serving distinct needs of each institution;

    • Worked collaboratively with Student Government to help address academic wellness concerns;

    • Consolidated, streamlined, and rendered more efficient a range of policies and procedures, sensitive to the needs of both faculty and our staff colleagues;

    • Developed acute organizational awareness, given Yale-NUS College’s peculiar institutional position, as well as knowledge of governance and funding issues in higher education;

    • Undertook recruitment efforts, including a new Dean of Faculty;

    • Helped manage an unprecedented series of crises - environmental, political, and health related, including leading the curriculum’s move online as COVID hit.

  • I’m skilled with moral complexity: with academic training in moral philosophy, experience with complex morally inflected policy issues at Justice Canada, and from years of teaching moral reasoning to our public affairs students, I have a substantive toolbox for addressing the morally complex, real world issues UOttawa is facing.

  • I have experience in public, private, and non-profit sectors. Our Board of Governors hail from across this spectrum. Having worked in criminal law policy for Justice Canada, and on a major regulatory economics project for A.T. Kearney, I have the contextual knowledge to effectively communicate with Board colleagues. I also serve prisoners’ rights organizations in our community in a voluntary capacity.

  • And I have the passion, energy, commitment, and empathy to serve our faculty. As a scholar and passionate teacher, I understand the joys and challenges of research and of guiding students’ intellectual development. As a minority community member, and solo parent, I know mutual respect must be central to everything we do.

 

At UOttawa, I first encountered scholarship as a youngster. And it was UOttawa’s compassionate environment that supported my scholarly ambitions, when, as a junior faculty member I was also an exhausted solo parent. I owe our community much. And when my Dean gave permission for me to go abroad to help build Yale-NUS, I promised I would work hard to cultivate skills and knowledge I could put to work on my return home.

 

In standing for election to the Board of Governors I can now make good on that promise. If elected, I will serve our community of learning energetically. Solution oriented, principled, and committed, I can help UOttawa navigate the rocky shoals of an uncharted future. I thank you in advance for your support.

“Nomi Lazar, …played increasingly important leadership roles in Yale-NUS College, Yale’s partnership with the National University of Singapore, culminating [in the role of] Associate Dean of Faculty. As the relationship between Yale and Yale-NUS  developed, Nomi was instrumental, as a team member and a team leader, in finding principled and creative solutions to sensitive issues, consistent with the mission and values of the College. She listens carefully and acts judiciously, and will reliably represent the interests of her faculty colleagues.”

 -Prof. Pericles Lewis, Vice President, Global Strategy, Douglas Tracy Smith Professor of Comparative Literature,

Yale University, & past President of Yale-NUS College

“J’appuie fortement la candidature de ma collègue de l’École supérieure d’affaires publiques et internationales (ÉSAPI), Nomi Lazar, pour siéger au Bureau des gouverneurs de l’Université d’Ottawa. Alors que l’Université fait face à des enjeux majeurs en matière d’éthique et de liberté d’expression, l’expertise de Nomi en la matière au sein des membres du Bureau serait d’une grande utilité. De plus, le Bureau pourrait compter sur la riche expérience professionnelle et administrative de Nomi, qu’elle a acquise au sein de la fonction publique fédérale, à l’ESAPI ainsi qu’à titre de vice-doyenne associée au Yale-NUS College à Singapour. Enfin, avec Nomi comme membre, le Bureau aurait une collègue dévouée au bien-être et à la réussite académique et professionnelle des étudiants de l’Université d’Ottawa.”

-Prof. Patrick Leblond, UOttawa

 

Professor Nomi Lazar is a deeply insightful, proactive and compassionate academic leader.  As Associate Dean, she has been at the forefront of curriculum, programme and policy development that have had demonstrated effects on the academic life of faculty, students and staff. She is attentive to detail and quality, without losing sight of long-term objectives. She is able to bridge interdisciplinary differences and differences of opinion with skill and tact.  Personally, Professor Lazar is empathic and kind with unwavering integrity."

- Prof. Jeannette Ickovics, Dean of Faculty, Yale-NUS College, & Samuel and Liselotte Herman Professor of Social and Behavioral Sciences, Yale University

"Prof Lazar has an established international reputation for achievement and expertise; as such, she has academic competence and maturity for this position." 

-Prof. Srdjan Vucetic, UOttawa

 

"J'ai adoré mon temps dans le cours du professeur Lazar. Elle est évidemment une éducatrice surdouée; perspicace, engageante et patiente.”

-Olivier Dyamant, étudiant, UOttawa

 

 “Nomi Lazar is admired and trusted by her colleagues and would bring sharp intelligence and prudent judgment to the Board.”

- Prof. Terry Nardin, Divisional Director for the Social Sciences at Yale-NUS

 

"En tant qu’observatrice impartiale, il n’y a personne de mieux! Votez Nomi!"

- Dr. Frum Himelfarb, UOttawa alumna, and, full disclosure, my mother